top of page

Envie de savoir qui est derrière MON CHEMIN YIN ?

Qui je suis, quel a été mon parcours ? 

Asseyez vous confortablement et lisez ce qui suit. 

Car la vie ne se résume pas à un CV ou une photo,

découvrez comment, la santé, les choix et les face à face avec soi

bouleversent une vie des fois pour le pire...

et pourquoi pas au final pour le mieux...

Bienvenu(e), 

Je m'appelle Mathilde, j'ai 33 ans, je vis proche de Libourne en Nouvelle Aquitaine. Nomade dans l'âme, j'ai depuis mon plus jeune âge (6 mois) vécu et voyagé dans plusieurs pays. Maroc, Allemagne, Egypte, France (dans nombreuses régions), Angleterre… j'ai eu la bougeotte jusqu'à mes 29 ans. Depuis, plus sédentaire et voyageuse par l'esprit, j'ai pris une pause forcée pour cause de santé qui a bouleversé mes plans et mes choix de vie depuis 20 ans. 

Je vous laisse découvrir mon parcours…

YOGA L'ORIGINE : EXPERIMENTATIONS ET SENSATIONS

 

Lorsque j'ai découvert le YOGA en tant que pratique active, j'avais 21 ans et souffrais de ce qu'on appelle plus communément aujourd'hui  d'endométriose. A force de recherches dans tous les secteurs pour tenter de soulager mon corps, j'avais pu lire que certaines pratiques régulières de positionnement de corps ou enchainements pouvaient aider à la détente et la relaxation de ma zone sinistrée. 

C'est ainsi que chaque jour, matin et soir, pendant à peu près 2 ans, j'ai pratiqué un mélange de séances Hatha (dans les moments les plus douloureux) et de Vinyasa le reste du temps. 

 

Mon état d'esprit quand je pratiquais s'apparentait plus à de la recherche de force et de performance que de détente.

Je partais vers une exploration de mes capacités pour les dépasser. Malgré les douleurs, je n'écoutais pas mon corps et forçais les portes de mes limites pour me prouver que j'étais capable. Je sortais de mes séances fatiguée, le lendemain souvent fourbue, et combien de fois abimée et découragée. 

Je me battais contre moi même de la pire des manière.

Ces pratiques YANG, aux bienfaits incroyables qui aident tant de gens dans le monde depuis des millénaires m'ont mise face à une version de moi-même négative et non enrichissante.

La pratique en elle même est un véritable outil de bien être et de mieux vivre, mais je n'arrivais pas à sortir de mes conditionnements, mais aussi des difficultés majeures rencontrées par mes limitations corporelles.

DE LA PRISE DE CONSCIENCE A LA BOITE DE PANDORE

Je voulais être autre chose !

Je cherchais à me construire un corps et une image qui ne me correspondaient pas.

Je rejetais beaucoup mon apparence, (je n'aimais pas sa forme, sa taille entre un 42 et 44) et mes faiblesses physiques (endométriose, dyspareunie profonde…), qui à l'époque n'étaient pas reconnues par le corps médical, mais aussi par mon travail et mon entourage.

Abattue, je m'absentais du travail plusieurs jours par mois, épuisée, sous anti-douleur de palier 3, sans effet…

 

Pour le monde extérieur, je passais pour une faible pleurnicheuse, et je voulais prouver aux autres que j'étais une guerrière forte qui faisait face au quotidien, à de difficiles états, tout en gardant le sourire. 

Bref, je projetais mon estime de moi, ma confiance et mon image aux appréciations extérieures…

Cocktail explosif !

 

Puis, voyant que mon yoga restait dans la performance et que mes "échecs" se multipliaient…,  je m'en suis éloignée et je ne l'ai pratiqué que de manière ponctuelle. 

 

Les années ont passé, mon endométriose s'est développée, et j'ai fini par ne plus avoir un seul jour de répit.

Jour et nuit, à intensité variable, mon corps hurlait de douleur.

Cela a fini par poser de gros problèmes au travail, dans ma vie personnelle et affective, je me suis isolée. La dépression et le burn-out m'ont rattrapée et j'ai tout envoyé valser pour un projet d'autonomie en 2016. Cela n'a pas marché…, je suis passée par une séparation dramatique, j'ai perdu 17 kg en 1 mois, et j'ai fini à 49kg. J'étais l'ombre de moi même…, ce qui n'a pas aidé mon parcours.

 

Deux ans plus tard, je suis partie travailler en haute montagne, je n'ai plus de cycles menstruels, je prends beaucoup de drogues légales (type morphiniques et opiacés en cocktail avec d'autres molécules), et du cannabis), je travaille comme je le peux. Mon corps est faible, mon esprit fissuré et traumatisé par une relation que j'ai fui…

Je repars en saison l'été suivant et devient guide touristique sur des bateaux pour les Iles Glénan. La santé me rattrape à nouveau, je suis arrêtée un mois en pleine saison estivale, passe à l'hôpital, finis sous morphine, je désespère ! 

 

Mon corps joue contre moi et à cette époque je ne comprends toujours pas…

 

Nous sommes en 2019.

En février, je rencontre une médecin gynécologue qui accepte "enfin" de la réalisation d'une IRM.

Diagnostic : endométriose ! 15 ans d'errance médicale… de souffrances, de fatigue chronique, de blâmes et autres stigmatisations… enfin ! 

On m'opère deux semaines plus tard !

Je sors de cette opération libérée, mais je ne sais pas encore que l'endométriose a abimé bien des choses en moi , et que dans environ une année plus tard j'allais commencer à déclencher des douleurs neuropathiques du milieu des cuisses au nombril et autres séquelles pour cause de dégradation du système nerveux (trop sollicité en permanence depuis 7 ans).

 

En attendant, je "revis" !

 

En septembre 2019, je pars marcher près de 400 km avec mon compagnon de l'époque et nos deux chiens sur le chemin de Compostelle.

 

 

J'en reviens épuisée, mais j'ai le corps et l'image que j'aie toujours voulus.

Je ressemble à une prof de yoga des réseaux sociaux ! Je suis mince et musclée, je me sens plus forte et très jolie.

Je pratique mon yoga dès le matin face à la mer en Espagne, fais du voilier, fière et mieux dans ma peau. 

Ce qui n'enlève rien à mes souffrances psychologiques et physiques…

J'en ai tellement bavé sur le chemin pour suivre le rythme soutenu des autres pour ne pas finir seule…

Je suis toujours bloquée dans mes projections extérieures…

Je ne suis ni félicité, ni encouragée pour mes efforts et je remarque que l'on me considère plus comme un poids qu'autre chose…

Je crois que je commence à comprendre !

C'est tout au long de mes pas que ressortent mes traumatismes personnels qui n'ont pas lieu à être exposés ici, mais qui ont explosé à ma mémoire consciente pendant cette marche. 

LA BOITE DE PANDORE EST OUVERTE 

La boite de Pandore est ouverte, et à notre retour, la distance se prend avec mon compagnon, le COVID pointe son nez, et je me retrouve chez ma mère confinée, sans moyen de sortir. Heureusement, ma mère et moi vivons une relation épanouissante et saine ! 

Je devais reprendre le travail après cette aventure et me voilà immobilisée. 

C'est le début d'une longue réflexion. 

LE MACRAME ET LE YIN 

Sans m'en rendre compte, je découvre l'état YIN à cette période, sous une forme méditative surprenante.

Je me lance dans la création de bijoux en macramé et j'apprends sur YouTube, via les vidéos d'un artiste allemand et d'une artiste brésilienne. Je ne parle ni l'un ni l'autre, mais maitrise parfaitement les boutons retour et lecture ! 

A force de pratique, je commence à réaliser des pièces qui satisfont mes exigences et débute des créations personnelles.

C'est le début d'une aventure créative et méditative qui s'empare de moi !

 

A travers mes bijoux uniques, je m'exprime, diffuse, projette, associe les couleurs, les formes, mon amour pour le monde minéral et pose mes intentions à travers mes longues heures de tissage !

 

 

 

Mais voilà, je doute, je doute inlassablement de mon travail, de sa valeur…

Je prends conscience de mes failles, de mes exigences, de mes croyances limitantes et de mon syndrome de l'imposteur ! 

Grâce à ma maman et à mon entourage, je commence à exposer et vendre mes pièces sur les marchés de créateurs et artisans. Leur soutien force l'admiration, car la fille est terriblement angoissée! (oui, oui, la fille c'était moi !)

Je fais des démonstrations de mon travail pour sensibiliser les passants et potentiels clients à la technique.

Tous sont surpris du temps nécessaire à la création d'une pièce.

Et oui, cet art datant du 5ème siècle qui a évolué et s'est modelé au fur et à mesure des années, mais aussi par les influences des pratiquants et leur matière première accessible, le macramé se réalise nœud à nœud ,à la main, et la taille des fils est inférieure à 1mm.

Ma taille favorite est le 0,75mm, mais parfois je réalise des pièces aussi en 0,5mm...

C'est incroyablement long, mais cela fait partie intégrante du processus de création et ça me plait !

Je suis dans ma bulle, je me sens en sécurité, je crée avec mes mains, je pratique mon état Yin sans le savoir, et reviens à l'intérieur de moi !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MACRAME, SANTE FRAGILE ET DECOUVERTE DU YIN YOGA

Je m'accroche farouchement à cette activité de macramé qui me recentre et me permets petit à petit d'alterner entre les semaines d'isolement volontaire et quelques sorties ponctuelles pour vendre.

Et oui, depuis l'ouverture de la boite de Pandore, j'ai développé de l'anxiété sociale ! A cette époque je ne pose pas du tout ces mots, mais j'ai une perte de sentiment de sécurité qui m'assaille, je me sens la proie de mes vieux démons et d'à peu près tout, même ce qui m'est familier. Vivre en société devient très compliqué, vivre tout court…

Depuis le troisième confinement, je suis retournée vivre sur un petit terrain, à l'écart , dans un petit village calme de Sarthe avec mes animaux, mon compagnon et la nature.

Je consomme depuis plus de 10 ans du cannabis pour mes douleurs (les douleurs d'endométriose étant résistantes aux anti douleurs), mais là je me rends compte que je le consomme pour planer, me poser, effrayée par mes réactions et mon esprit tourmenté. Je le fume pour fuir !

Fuir le monde qui m'entoure, mon passé, mes problèmes de positionnement incapable de vraiment dire "non" quand ce n'est plus confortable pour moi, et je charge la mule toujours un peu plus. 

Evidemment, comme annoncée ma santé se dégrade, je souffre dans tout mon corps, je déclenche des inflammations généralisées, ma zone pelvienne est un champ de ruines. Je ne dors plus la nuit, j'ai des terreurs nocturnes, sursaute au moindre contact physique… je m'effondre à chaque confrontation, difficulté, je suis la proie de mon esprit ! Cela faisait longtemps que cela durait, mais je ne veux toujours pas entendre ce que mon corps et mon esprit tentent de me faire comprendre. J'ai peur !! 

Grâce à mon compagnon, déstabilisé par ma transformation qui s'accélère, je découvre le Yin yoga qui se pratique à l'école maternelle du village. Je rampe jusque là bas et nous participons à un premier cours. 

Mon enseignante, douce, nous guide avec les supports dans diverses postures simples.

Bon dieu, que j'ai mal…, mais minute après minute je me laisse aller, soutenue par mon bolster et mes briques...Mon enseignante accompagne son cours avec des indications et des phrases soigneusement choisies.

Je l'entends murmurer depuis l'autre côté de la salle : "vous n'êtes pas obligé de rester dans la souffrance"...

"installez vous confortablement et laissez votre corps se détendre à son rythme sans forcer…"

Moi qui passe mon temps à me dépasser, à avancer coute que coute pour rester dans la course, je suis percutée de plein fouet par cette idée. C'est une révélation ! C'est comme si j'entendais mon corps et mon esprit souffler pour dire : "Enfin elle a compris" !!

Mais la fille est têtue avec ses habitudes de bourrine fermement ancrées? et malgré cette séance révélatrice, je ne suis qu'à 10% de la prise de conscience finale qui va m'emmener jusqu'à une action transformatrice ! 

Le quotidien reprend sa route, ma relation amoureuse bat de l'aile, je m'absente régulièrement quelques semaines pour rejoindre ma maman qui vit dans une autre région, nouveau problème de santé intime pour moi… enfin, tout ce bazar finit par nous séparer !

 

Janvier 2022, je pars en vadrouille avec mon chien et mon camion sur les routes, seule et je découvre la solitude... 

La distance pose des choses , je me sens plus sereine malgré mes craintes. La nature m'enveloppe et me fait du bien. Je baigne dans ses rythmes et profite de chaque instant. Je pratique le Yin sur la plage, dans les prairies, la forêt de Brocéliande… 30% de la prise de conscience ! J'arrête définitivement le cannabis 2 mois plus tard !

 

J'arrête mon voyage nomade car ma santé

m'oblige à commencer un parcours de soin suivi...

PRISE EN CHARGE DE SANTE ET PLONGEON DANS LE YIN

En novembre 2022, je remonte en Sarthe pour une exposition prévue depuis longtemps, et je renoue mon ancienne flamme au premier regard. Pourtant, je sais que les problématiques n'ont pas changées… Un pas en avant, deux pas en arrière… dépendance affective bonjour !

En parallèle lors d'un court séjour, on m'a proposé de me rapprocher du CRP de Bordeaux (Centre de Réhabilitation Psycho traumatique) en aout qui va m'accompagner dans la gestion de ma boite de Pandore.

Le diagnostic tombe : dépression sévère avec un syndrome de stress post traumatique associé.

Je le savais dans mon fort intérieur… La reconnaissance médicale m'apaise et me confronte en même temps.

Je rentre avec "ma maison" chez ma mère plus déstabilisée que jamais par mon escapade sarthoise.

 

En février 2023, je participe à un gros salon en Normandie pour mes bijoux.

Je rentre à peine dans mes frais malgré les ventes multiples, passe quelques jours avec mon frère

dans mon ancien chez moi sur le terrain, et là j'explose littéralement en mille morceaux.

Le travail s'effondre, 2022 a été une année de crise pour l'artisanat,  et j'ai mis tout ce qu'il me restait

de coté pour jouer un coup de poker. J'ai tout tenté mais cela n'a pas marché !

Avec le recul, j'ai tiré des leçons de cette époque, mais sur l'instant, je vis ça comme un échec cuisant.

De plus, je me retrouve dans un environnement toxique, alors que j'ai arrêté toutes prises de drogues et fais de mon mieux pour prendre soin de moi.

Je manque de soutien (du mien en particulier), et tout ce que j'avais enfoui inconsciemment ou non en sous sol remonte, je bascule !

Je vis une implosion émotionnelle qui me terrasse et décide de mettre fin à ma relation amoureuse pour de bon, les problématiques restant les mêmes et mes problèmes de santé s'aggravant. 

 

Je rentre chez ma mère avec mon camion et mon chien pour une année complexe, je prends un temps de pause, je me mets au calme et commence une prise en charge médicamenteuse, non sans difficulté.

Mon point lumineux dans le noir, c'est un projet de formation !

En juillet, je me forme au Yin yoga auprès de deux pointures. Deux femmes très différentes qui ouvriront tant de perspectives et de réflexions sur l'équilibre du corps, de la vie et des pratiques de vie au quotidien. Ma formation reconnue Yoga Alliance me permet de commencer à donner des cours en présentiel.

J'avais repoussé de deux ans cette formation, trop peu sure de moi malgré ma pratique régulière. 

Je me sens bien, à ma place, et découvre que malgré ma santé vacillante je suis capable ! Que le chemin vers la confiance et l'estime de soi peut être long, et quel bonheur de se sentir recentrée et heureuse d'être en sa propre compagnie ! 

Car si le Yoga Yang est une pratique de force basée sur les muscles, le Yoga Yin lui s'épanouit dans le lâcher prise et l'accueil des sensations. C'est un baume réparateur pour les esprits, les corps et mentals fatigués.

Il accorde un espace pour être et laisser faire.

On lâche le contrôle, libère les tensions, on sent en profondeur les moindres petites fibres du corps et de l'esprit.

Le Yin me stabilise, panse mes blessures, mes inquiétudes, et m'apporte calme et unité. Dans nos vies suractives et bousculées, c'est un espace de sérénité. Je lance mes cours en fin d'année 2024, et attire des pratiquantes douloureuses (passagères ou chroniques).

20 ans de douleurs chroniques me donne un solide bagage pour accompagner les personnes douloureuses ! 

Le Yin étant ultra modulable, je propose à chacune si nécessaire une posture adaptée à leurs limites et sensations du jour.

C'est bon pour faire baisser l'anxiété, booster l'estime de soi et avoir confiance en son corps ! Séance après séance, les pratiquantes gagnent en amplitude de mouvements, en mobilité articulaire, et se sentent plus calmes et reposées. Les débuts sont difficiles pour certaines, mais elles reviennent pour soulager leur état. 

Début 2024 arrive, et je déclenche une fibromyalgie sévère désormais associée à l'endométriose. On m'explique que globalement, j'ai consommé toutes les ressources nerveuses de mon corps avec 15 ans d'endométriose non contrôlée, et que mon corps ne comprend plus comment réagir !

Avec la prise de traitements médicamenteux,  j'ai pris 30 kg (rien de ça) !!

La fête continue… 

AUJOURD'HUI

Aujourd'hui, quelques mois après cet autre diagnostic, j'apprends à prendre chaque jour comme il vient.

Je n'ai pas vraiment le choix, les douleurs de la fibromyalgie sont migrantes, d'intensité variable dans les zones musculo-tendineuses de mon corps, "surprises" à tout moment !

Néanmoins, j'ai décidé de prendre cette maladie comme un coup de main pour rester dans le moment présent, et travailler sur l'équilibre entre le trop et le pas assez !

On a l'impression tout au long de mes mots, que je traverse tout ceci avec panache, mais chaque jour est différent, et souvent je me demande encore comment je vais vivre avec tout ça…

J'ai dû annulé mes projets de marche en sac à dos avec mon chien de cet été. Moi qui me faisait une joie de partir seule sur les chemins ! 

La fille a drôlement évoluée quand même ! (à moitié, car elle partait marcher pour l'aventure, la nature mais aussi pour aller perdre du poids !)

Etre seule me convient parfaitement aujourd'hui, j'ai appris à me recentrer, à trouver mes propres projets, rythmes et envies, non sans mal. 

J'apprends à découvrir qui je suis et définir ce que je veux être avec les cartes qui sont entre mes mains. 

Un jour après l'autre,  un pas de tortue après l'autre. ..

Le Yin yoga et l'état de Yin m'aident chaque jour à ma gestion émotionnelle et à apaiser mon corps. 

L'avenir ? Je ne sais pas. Est ce que ça me dérange ? Plus vraiment.

J'apprends à cultiver la joie et la sérénité.

Je m'entoure de ceux qui veulent passer du temps en ma compagnie,

laisse les autres poursuivre leur chemin à leur guise.

Je ne cours plus après le temps, les gens, les récompenses et les validations extérieures. 

Aujourd'hui, c'est moi qui me récompense et me valide !

Je me suis achetée des vêtements plus grands, je change de style comme de chemise,

je vis, je ris, je crée, je souris et construis ma vie une pierre à la fois. 

A la fin, je verrais à quoi cela ressemble, mais pas avant. 

 

 

Si vous êtes arrivé(e) jusque là, 

merci d'avoir pris ce temps

pour mieux comprendre mon parcours. 

Qui je suis ? toujours en construction… 

Prenez soin de vous et je vous souhaite de trouver

votre équilibre et le courage d'affronter les batailles

dont vous ne dites rien à personne !

IMG_20210905_143543.jpg

Téléphone

07 62 37 24 43

E-mail

S'abonner

  • Facebook MON CHEMIN YIN
  • Facebook Bijoux
bottom of page